Traduslation

Traduslation

Traduslation

Tradūcĕre. Trans-dūcō. Mener à travers. Transporter d’une langue à une autre. Traduire… Remonter aux racines latines de ce verbe évoque son principe de glissement d’un état à un autre, le besoin de garder son intégrité tout en modifiant sa forme. Au terme du processus, le résultat ne présente à priori plus de similitude avec la représentation d’origine. Et pourtant, la signification reste inchangée, ou presque.

Pour sa série d’œuvres Traduslation, Réjean Peytavin emprunte à ce procédé cet effet de glissement d’un signifiant à un autre, d’un langage plastique à un autre. Son référent est une série de céramiques observées dans divers musées pour lesquelles l’intérêt de l’artiste s’est manifesté de la façon la plus subjective qui soit. Rapport de forme, couleur interpellante, origine intrigante, usage quelconque… Aucune explication objective éclaire le dialogue établi entre Réjean Peytavin et les céramiques sélectionnées. Seul un lien invisible établi entre l’artiste et le pouvoir d’évocation de ces pièces fait force de sélection.

Ces objets, l’artiste les a couchés sur papier à l’aide du dessin altérant inévitablement leur plastique et leur tridimensionnalité. Les dessins sont ensuite envoyés au Maroc où les tisserandes de la Coopérative Mabrouka les décline en kilim. Une fois de retour dans l’atelier de l’artiste, ces tapis tissés deviennent la première source d’inspiration pour la création de nouvelles céramiques.

Un enchaînement où références et choix artistiques se côtoient subtilement. Inspiré par la ville romaine découverte sur le site archéologique marocain de Volubilis, Réjean Peytavin questionne l’origine du style de ses mosaïques similaire à celui des tapis berbères, une influence qui suggère des glissements millénaires entre médium. Cette évocation rappelle, par ailleurs, l’ancienneté du tissage, artisanat aussi ancien que la céramique mais ne laissant que peu de témoignage, le plus vieux témoin, le Tapis de Pazyryk datant de plusieurs siècles avant notre ère. À l’instar de l’action de tisser, ces références s’entrelacent les unes aux autres, telles les mailles des tisserandes pour raconter une histoire, pour dialoguer entre passé, présent et futur.

Ce triptyque – dessin, kilim, céramique – renvoie à la notion de rencontre et son action de s’ouvrir vers l’inconnu que ce dernier soit une œuvre, une culture ou une personne étrangères. Inhérents au concept de traduction, le dialogue et l’échange prolongent ce processus qui questionne notre relation à l’objet, son appropriation dans sa représentation et son altération dans sa réinterprétation. Le glissement présent dans Traduslation fait écho à l’évolution de tout individu ou toute culture, fruit d’échanges et de rencontres. Avec son travail de reformulation plastique construit tel un témoignage du présent dédié au futur, Réjean Peytavin parle de l’humanité, de son histoire et de son perpétuel développement.

Add To Calendar

Traduslation 2 Scaled

Event Details

Information

Venue

Map

Related Upcoming
Events